Vireak et Hin Morn : portrait croisé de deux mécaniciens

Vireak et Hin Morn ont tous les deux choisit d’étudier à l’école de mécanique de PSE. Ils sont aujourd’hui heureux et dans la vie active.

L'arrivée à PSE

Lorsque Christian et Marie-France des Pallières rencontrent Vireak, il fait partie d'une famille classée en "catégorie 1", c'est-à-dire vivant avec moins d'1$ par jour et par personne. Sans logement, la famille vivait chez des parents. La mère était couturière à la maison mais, dépendante des commandes, n'avait pas toujours de travail. Le père, parti depuis longtemps, ne s'occupait plus de sa première famille. 

Quant à Hin Morn, c'est en 2000 qu'il est pris en charge dans le programme de scolarisation de PSE. En 2005, il choisit d'étudier à l'école de mécanique d'où il sort diplômé en 2007.

En 2008, Pour un Sourire d'Enfant prend en charge Vireak en Formation Professionnelle et son frère au Centre de Rattrapage. PSE fournissait également 7 kilos de riz par semaine à la famille. 

Valoriser ses acquis

Grâce aux compétences et qualifications qu'il a acquise, Hin Morn est embauché comme mécanicien par la société Hong Heap. Il y travaille dix ans avant de changer d'emploi pour une embauche chez son employeur actuel, Mercedes Benz. 

En 2013, l'équipe sociale propose à la famille de Vireak de ne plus être bénéficiaire des programmes de PSE. En effet, la situation a bien évolué : la mère, en meilleure santé, avait quitté son travail de couturière pour vendre des vêtements d'occasion, lui assurant un meilleur salaire et régulier. En même temps, Vireak, diplômé de l'école de Mécanique PSE, avait trouvé un travail dans un magasin de pièces détachées. Aujourd'hui, il est devenu actionnaire du magasin où il gagne 800$ par mois. Son frère travaille à ses côtés. 

Leurs deux parcours témoignent de l'importance du coup de pouce donné par PSE aux jeunes cambodgiens ainsi que la reconnaissance par le marché du travail de la valeur des jeunes formés par l'école de mécanique.