Le programme "Entre Deux", un pas vers la réintégration scolaire

Le programme ‘Entre Deux’ de PSE a pour objectif de lutter contre le décrochage scolaire des élèves en difficulté. 52 enfants en échec scolaire ont déjà été accueillis.

Accrocher les élèves en difficulté

« Pour nos jeunes, participer au programme Entre Deux est une vraie pause. Ils ne ressentent plus de pression et ne se soucient pas du jugement des autres » explique Pablo Zarauza, éducateur spécialisé. Avec son collègue Chum Siengi, ils ont créé le programme Entre Deux, destiné à accueillir les enfants en difficulté pendant une semaine minimum pour leur proposer des activités sportives et culturelles ainsi que des temps d'écoute.

Certains enfants manquent les cours sans même que leurs familles le sachent. Ils agissent comme s'ils allaient à l'école, allant même jusqu'à porter leur uniforme. Une fois arrivés devant le Centre PSE, ils ne se rendent pas en classe, restent dehors, trainent dans le quartier. Ils ne viennent pas non plus aux activités extra-scolaires mises en place par PSE en fin de journée. « Nous voyons parfois les familles, mais cela dépend de la situation de l'élève. Nous obtenons de meilleurs résultats lorsque nous les rencontrons puisqu'on a leur appui. » dit Pablo.

De temps en temps, les animateurs de PSE font un tour du quartier pour repérer les enfants qui sèchent les cours et les ramener au Centre PSE. Ils sont souvent aux mêmes endroits : dans les rues autour de PSE, dans des cybercafés ou dans des cafés où ils peuvent jouer aux jeux vidéo.

Un emploi du temps individualisé 

« On essaie d'attirer les jeunes par le biais d'activités sportives » explique Pablo. « Puis on remplit leurs emplois du temps avec d'autres activités d'aide à l'entretien du centre, artistiques et culturelles. Le but est qu'ils soient toujours occupés et en dehors de la rue ».

Tout au long de la semaine, les activités sportives commencent dès 7h : basketball, football ou encore volleyball. Ensuite, d'autres activités s'enchainent : visite des centres communautaires où ils organisent des activités pour nos plus petits, entretien du Centre PSE, activités musicales, ateliers d'arts martiaux traditionnels, escalade... Les élèves ont également un entretien avec des psychologues et, à la fin de la semaine, ils font un bilan avec Pablo et Chum qui évaluent leur progrès et décident s'ils peuvent retourner en classe ou non. 

Des résultats encourageants et un sentiment de réussite

En dehors du Centre PSE, beaucoup de nos enfants côtoient quotidiennement la violence, la drogue et l'alcool. Le programme a donc été pensé pour instaurer le dialogue et l'écoute autour des problèmes personnels et familiaux des élèves. « Ici, nous leur demandons juste de venir et d'être eux-mêmes » assure Pablo. « Nous voyons en général de bons résultats au bout de la première semaine, mais cela dépend vraiment des cas. Lorsqu'ils rejoignent le programme, ils réalisent qu'ils sont compris, écoutés et que nous faisons tout ceci pour eux ».

Selon Pablo, l'abandon scolaire est, entre autres, lié au fait que les enfants ne se sentent pas engagés ni impliqués à l'école. Il y a aussi l'influence des autres et l'appel de la rue. « Beaucoup d'enfants sont attirés par le fait d'être un "bad boy", ils trouvent ça "cool" et rejoignent des bandes d'enfants avec une mauvaise influence et avec qui ils commencent à faire de mauvaises choses ». Dans le programme Entre Deux, il n'y a pas de jugement. « On essaie de créer une communauté partageant des intérêts communs et de les engager dans une équipe, une famille » explique Pablo. 

« Le programme est très récent, il a fallu expliquer aux professeurs l'intérêt de retirer l'enfant de l'école pendant une semaine et de mettre en place un rythme adapté et des activités "alternatives". Ils ont compris et maintenant nous sollicitent plus naturellement lorsqu'ils rencontrent une problématique avec un élève. » ajoute Pablo.

Les résultats du programme sont très encourageants et témoignent de l'efficacité des actions mises en place. « Nous travaillons avec des enfants difficiles qui ont besoin d'une attention spécifique. Si nous leur donnons du temps, de l'écoute, nous améliorons la situation. Je pense que nous faisons partie de leurs vies et cela me rend très fier. C'est une grande réussite ! » conclut Pablo.