En savoir plus sur les camps d'été

De la passion !

Les camps d'été ne pourraient avoir lieu sans la vitalité et l'enthousiasme de Marisa.

D'abord rejointe par son mari et ses enfants, c'est désormais toute une équipe qui organise les camps : recrutement des bénévoles, logistique, ...

Gérer près de 200 moniteurs et des milliers d'enfants demande beaucoup d'énergie et une sacrée organisation !

Des moniteurs enthousiastes !

A l’âge où les vacances sont pour beaucoup la retrouvaille des copains, le bord de mer ou autres réjouissances, nos moniteurs viennent ici, sous une chaleur étouffante, se mettre au service des plus petits pour leur apporter un peu de bonheur.

Pour Marisa et son équipe, les camps d’été, ça commence dès le mois de septembre et c’est un travail de toute l’année ! Des centaines de courriers à traiter, venant de partout : Espagne, France, Angleterre, etc.

Les candidats sont  très motivés : en parallèle de leurs études, ils travaillent (petits jobs, baby-sitting, ...) et économisent pour s'offrir leur billet d'avion. Sur place, ils vivront cinq semaines épuisantes mais passionnantes !

Au Centre, fin Juillet...

Nous n’avons pas encore fini l’année scolaire ici, que nous les voyons arriver : 1 puis 2, puis 3, puis 10, puis 190 moniteurs européens ! 

Réunions de préparation avec les étudiants cambodgiens qui serviront d’interprètes et s’entraîneront à l’animation. Juste le temps des derniers examens et nous leur laissons les lieux : à Phnom-Penh, Sihanoukville, Siem Reap, aux "paillotes", …

Chaque jour, ce sont 3 000 enfants qui vont bénéficier de ces camps, pour une ou plusieurs semaines.

Alors, pendant 4 semaines

Sous un soleil de plomb ou la pluie des moussons, PSE se transforme en une joyeuse et tonitruante sarabande, une bruyante kermesse où, derrière les courses en sac, une cuillère dans la bouche, les deux jambes attachées ou les yeux bandés, les chamboule-tout, les tire-cordes, et les rigolades de toutes sortes ! 

On sent surtout l’affection dont les enfants ont tellement besoin ! Et, en fin de journée, on retrouve nos moniteurs, 4 ou 5 gamins accrochés à leur cou, complètement épuisés... mais heureux !!

Remonter